Voici un nouveau « billet cléophasien » de Bernadette qui nous fait redécouvrir la 8e rencontre au Sanctuaire Notre Dame d’Abet le samedi 22 mai 2021 dans les thèmes de l’exorcisme et de la Doctrine Sociale de l’Église.
L’équipe Parcours Cléophas.

Petit billet Cléophasien du samedi 22 mai 2021

En cette veille de Pentecôte, nous sommes attendus au sanctuaire Notre Dame d’Abet situé sur la commune de Lahontan, dans la canton de Salies. Selon la légende, dans un ravin couvert de broussailles, sur les bords du gave, une petite statue en bois de la Vierge Marie aurait été retrouvée. Des guérisons sont attribuées à l’eau de fontaines miraculeuses. Chaque année, le 15 août et le 8 septembre, des pèlerins viennent dans ce sanctuaire marial recensé parmi les plus anciens du pays.

groupes de personnes

Voici un texte proposé par Nathalie, une participante au Parcours Cléophas, où elle nous raconte à sa façon la rencontre que nous avons vécu à Lescar le 6 mars 2021 dans les thèmes de la fraternité et de la coresponsabilité.
L’équipe Parcours Cléophas.

Par une froide journée, nous nous sommes retrouvés à Lescar, siège d'une des trois cathédrales de notre diocèse.

Même si nous savions le programme allégé à une seule journée, nous étions très heureux de nous retrouver, derrière les masques, certes, mais en chair et en os.

groupe de personnes

Par grâce un document vidéo du cycle CFACC 2007-2009 existe encore de nos jours. Pour ceux qui ne connaissent pas, le Parcours Cléophas a succédé au CFACC (Cycle de Formation des Animateurs de Communautés Chrétiennes) en 2017.

Logo Parcours Cléophas

Voici un texte proposé par Didier-Paul, un participant au Parcours Cléophas, où il nous raconte à sa façon la 6e rencontre que nous avons vécu en visioconférence les 4 et 5 décembre 2020.
L’équipe Parcours Cléophas

Cléophas, mon ami, quelle joie de te retrouver même par écran interposé !

Certes, l’atmosphère est plus froide, plus impersonnelle mais ne dénigrons pas la technologie ; sans elle, et de par les circonstances imposées, cela aurait été le silence total.

Bien sûr, nous n’avons pas eu le regard, le sourire, l’attitude de nos enseignants qui ajoutent à l’empathie mais l’Esprit de la mission, l’enthousiasme, les messages sont passés. D’ailleurs nous pourrions penser que ces interruptions de rencontre réelles, remplacées par du virtuel rompent le fil créé, ce lien invisible qui nous guide tous sur le même chemin ; il n’en est rien.